Rechercher

Ma terre, cette diva !

Mis à jour : mai 11


Une de mes terres favorites est la terre du Fuilet*. Elle a un caractère pas possible !!! C'est la seule argile qui n'aime pas trop l'eau ! Véridique !


Mais si tu ne la perturbes pas dans son humidité, elle déteste être bousculée, alors elle te donne toute sa beauté, sa douceur mais aussi toute sa sauvagerie, toutes ses teintes incroyables !

Je l'aime.


Traditionnellement, cette terre, originaire d’Anjou dans les landes du Fuilet est une argile orangée qui servait pour les poteries de jardin, c'est à dire des pots cuits aux environs de 1000°.


Lande du Fuilet - Photo maisondupotier.net

Puis on s'est aperçue qu'elle pouvait grimper plus haut faisant d'elle non pas une faïence, mais un grès tendre. Je suis fière d'utiliser une terre locale, ça a beaucoup de sens.


J'ai toujours ressenti que la terre capte son environnement, rend l'émotion que tu lui transmets. Comme une amante magnifique, j'en découvre tous les jours, des nouvelles possibilités, une nouvelle manière de la dompter.


Il faut la dompter! Elle a l'art d'être revêche ! Revêche à tout ! L'humidité, mais aussi, l'écartement qui la fendille, le séchage qui la déforme, les émaux car elle veut toujours qu'on la voit, faire sa belle et te flinguer ta couleur, ta texture, elle te recrache son fer !


Dernièrement, elle m'a fait des misères, elle se déformait beaucoup. Certes, je n'ai aucun pot rond, je ne sais pas faire, je n'ai pas envie... Mais là, non, c’était vachement trop beaucoup !!! Et bien j'ai découvert que madame a besoin de sécher délicatement sur un matelas en mousse.

Une vraie diva !


Si jamais tu la bouscule trop, elle fendille. Tu lui demande gentiment : « veux tu bien prendre le galbe (ndlr : oui je parle à ma terre, mais juste quand t'es pas là, quoique...). Mieux vaut l'assortir d'un petit coup de gainage de surface, ferme et délicat, ça aide.

Une diva te dis-je!

Comme une diva, elle te donne le meilleure. En fonction de la température, elle prend de jolies teintes orangées, puis rouges, puis marrons et enfin noires. Personnellement je suis addict à son rouge 1250, juste avant que le marron ne s'invite.


Et puis elle excelle dans un répertoire très étendu ! Au jardin, en plat au four, dans ta salle de bain, ton salon. Une fois cuite, l'eau elle la gère, l'accepte, la retransmet aux plantes, s'en fiche des jets du lave-vaisselle, elle reste solide et flamboyante !


Comme je vous écrits, je m’apprête à lui taquiner son 1200...

Va t'elle être voluptueusement rouge Marilyn? Encore orangée Mylène Farmer?



*Visitez la maison du potier au Fuilet

0 vue

© Amélie Clermont

atelierdescampette@gmail.com

17 rue Notre Dame de la Tronchaye 56220 Rochefort en Terre

Mentions légales

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

Retrouvez l'Escampette sur les réseaux sociaux